The Ties that Bind Canada / Des liens qui unissent notre pays

Snowshed on the Canadian Pacific Railway
Galerie pareneige recouvrant le CFCP

This painting shows a theatrical view of a snowshed in winter, lit by the sun on the edge of the horizon, at the vanishing point of the picture. If the composition seems too picture-postcard perfect for reality, it is because it very likely did not exist exactly as depicted. 

The painting was completed by Washington Friend (1820-1886). Friend is a perfect example of the artist as showman in the 19th century. He created exhibitions of his own work, for which he charged significant entry fees, and it was very much his intention to overawe the viewer. That said, Friend had a strong interest in railways and rail engineering projects. He wrote a guidebook to Canada and the United States, and in it he waxed poetical at some length on the marvel of Montreal’s Victoria Bridge, which was under construction when he visited in 1851. While there, he obtained a loan of engineering plans for the bridge, and may well have also seen plans for snowsheds of the type depicted here. 

The location of the snowshed in this watercolour is currently unknown; however if it is based on a real location, it is likely in Quebec or Ontario, as Friend’s travels did not extend much farther west than Niagara Falls.

Cette peinture présente une vue idyllique d’un paravalanche en hiver, éclairée par le soleil sur la ligne de l’horizon, au point de fuite du tableau. Si la composition ressemble un peu trop à une carte postale pour être vraie, il y a de fortes chances que la réalité ne correspondait pas à celle représentée.

Le tableau est l’œuvre de Washington Friend (1820-1886). Friend est le parfait exemple de l’artiste du XIXe siècle qui avait le sens de la mise en scène. Il organisait des expositions pour présenter ses œuvres et demandait des droits d’entrée importants, avec l’intention marquée d’impressionner le spectateur. Ceci étant dit, Friend s’intéressait beaucoup aux chemins de fer et aux projets d’ingénierie ferroviaire. Dans le guide qu’il a écrit sur le Canada et les États Unis, il s’exprime avec poésie assez longuement sur la merveille qu’était le pont Victoria de Montréal, alors en construction au moment de sa visite de la ville en 1851. Pendant son séjour, il a pu emprunter les plans d’ingénierie du pont, et peut très bien avoir eu aussi accès aux plans des paravalanches du type représenté ici.

L’emplacement du paravalanche présenté dans cette aquarelle est inconnu pour l’instant. S’il existe réellement, ce serait probablement au Québec ou en Ontario, car Friend n’a pas voyagé plus à l’ouest que Niagara Falls.