The Ties that Bind Canada / Des liens qui unissent notre pays

Cat train on lake
Convoi de traîneaux sur un lac

Cat trains often had to plow their own roads across the lakes. Cat train operators were a hardy lot. They had to withstand the rigours of a 24-hour day. The crew took turns sleeping, eating and trying to keep warm. With temperatures that could drop to 50 or even 60 below zero (-46 to -51C), the engines were never shut down, but ran continuously. The train often consisted of six or seven bobsleighs, with a tar-papered caboose at the tail end. Pressure ridges thrown up by the tremendous pressures of six feet (1.8 metres) of ice were one of the obstacles to be passed, and every winter there were tractors plunging through the ice. At a particularly bad spot, the driver might set the Cat train on course, then jump off and walk.

Il n’était pas rare que les convois de traîneaux doivent déneiger eux-mêmes leurs routes sur les lacs. Les conducteurs étaient robustes. Ils devaient résister aux conditions difficiles 24 heures sur 24. Les équipes dormaient, mangeaient et essayaient de se réchauffer à tour de rôle. Les températures pouvaient chuter jusque -50, voire -60 oC. On ne coupait donc jamais les moteurs. Le convoi était souvent composé de six ou sept traîneaux et d’un fourgon à patins recouvert de papier goudronné placé à l’arrière. Les crêtes de pression de 1,8 m produites par des pressions incroyables étaient l’un des obstacles à franchir. Chaque hiver, des remorques passaient à travers la glace. Lorsqu’un endroit particulièrement difficile à franchir se présentait, il pouvait arriver que le conducteur lance le convoi de traîneaux, saute et passe à pied. Cette photo a été prise vers 1955.