The Ties that Bind Canada / Des liens qui unissent notre pays

$11,500 reward for train robbers
Récompense de 11 500 $ pour les voleurs de train

The first train robbery in Canadian history was in September 1904, on an isolated piece of track near Mission, BC. It was masterminded by notorious American outlaw Bill Miner, known as “the gentleman bandit” for his polite way of speaking to his victims. Miner and two accomplices escaped with $6,000 in Cariboo gold dust, $1,000 in cash, registered mail and at least $50,000 in unregistered bonds.

Miner then went to ground, living at Princeton for two years under the name of George Edwards. On May 8, 1906, he struck again just east of Kamloops, but this time he was not so lucky. Searching the baggage car, he overlooked several bundles of bank notes, and got away with only $15 in cash and a handful of liver pills.

A poster announced a reward of $11,500 for the bandits, dead or alive, the money offered by the Canadian Pacific Railway and the federal and provincial governments. Before it was even posted, the Royal North-West Mounted Police had arrested Miner and his two accomplices. Item A-01617 in the BC Archives collection is a photograph of Miner, alias George Edwards, taken in Kamloops when he was captured; B-03244 shows Miner arriving at the Kamloops jail

On June 1, 1906, William A. Miner was sentenced to life in prison at the New Westminster penitentiary, but in August 1907 he escaped and fled to the US, where he continued his infamous career. He died in 1913 at the Georgia State Prison Farm Hospital.

Le premier vol de train dans l’histoire du Canada a eu lieu en septembre 1904 sur une partie isolée de la voie ferrée près de Mission, en Colombie-Britannique. Organisé par le célèbre hors-la-loi américain Bill Miner, connu sous le nom du « bandit gentilhomme » en raison de sa politesse envers ses victimes. Miner et deux complices se sont sauvés avec 6 000 $ de poussière d’or du Cariboo, 1 000 $ en argent, du courrier recommandé et au moins 50 000 $ en obligations non nominatives.

Puis, Miner s’est terré et a demeuré à Princeton pendant deux ans sous le nom de George Edwards. Le 8 mai 1906, il a frappé de nouveau un peu à l’est de Kamloops, mais il n’a pas eu autant de chance cette fois. En fouillant le fourgon, il n’a pas remarqué plusieurs sacs de billets de banque et il s’est sauvé avec seulement 15 $ en argent et une poignée de pilules pour le foie.

Une affiche a annoncé une récompense de 11 500 $ pour les bandits, morts ou vifs. L’argent était offert par le CFCP et les gouvernements provincial et fédéral.

Avant même que l’affiche soit publiée, la Police à cheval du Nord-Ouest avait arrêté Miner et des deux complices. L’article A-01617 de la collection des Archives de la Colombie-Britannique est une photo de Miner, alias George Edwards, prise à Kamloops lors de son arrestation; B-03244 montre Miner à son arrivée à la prison de Kamloops.

 Le 1er juin 1906, William A. Miner a été condamné à la prison à vie au pénitencier de New Westminster, mais en août 1907, il s’est évadé et a filé aux États-Unis, où il a continué son infâme carrière. Il est décédé en 1913 à l’hôpital de la prison agricole de l’État de Géorgie.